Qui sommes-nous ?

Nos questionnements scientifiques concernent le fonctionnement physique et biogéochimique des milieux continentaux superficiels (sols et eaux) et profonds (aquifères/aquitards) et leurs évolutions possibles sous différents forçages naturels et anthropiques (contamination, utilisation des ressources, modification du milieu, évolution de la morphologie, climat…). Nous nous situons dans le domaine des « Surfaces et Interfaces Continentales » ou « Earth Surface Sciences » domaine dans lequel nous intégrons la surface, sa caractérisation et l'évaluation de ses interactions avec l’atmosphère, le sol et la zone non-saturée, et auquel nous intégrons aussi l'étude des aquifères tant leurs interactions avec les circulations à la surface (actuelle ou passée) sont importantes.

Notre projet s'appuie sur des compétences fortes en hydrologie et en hydrogéologie, dans plusieurs domaines de la biogéochimie (cycle des éléments biogènes, et des micropolluants, caractérisation de la matière organique et de sa réactivité ...), en microbiologie environnementale. Nos approches visent l'interdisciplinarité entre ces compétences pour faire progresser nos connaissances fondamentales sur la structure et le fonctionnement des milieux et territoires dans une approche naturaliste incluant l'activité de l'homme au sein des territoires. L'UMR METIS développe de nombreux projets avec des chercheurs d'autres disciplines, y compris les sciences humaines et sociales.

Nos questionnements sur le fonctionnement des territoires et des hydrosystèmes sont aussi fortement portés par des problématiques sociétales majeures découlant de l'utilisation des ressources naturelles. Le territoire plus ou moins banalisé, ainsi que son sous-sol, sur lequel la société se développe est une ressource multi-forme, qui exige des approches interdisciplinaires.

Ressources en eau, ressources agricoles et forestières, espaces pour le transport et le développement des villes, ressources pour le transfert/stockage des déchets, espace en interaction avec l’atmosphère (qualité de l'air, climat régional et global), ressources pour l'énergie, et encore ressources pour le support de la biodiversité font référence à un territoire commun.